Pile Of Shame And Possibility

© Courtesy of Leomi Sadler and cadet capela
© Credits photo: Thomas Marroni & cadet capela

Leomi Sadler

9 juin — 13 juillet 2024

54 rue Chapon, 75003 Paris

L’accumulation est une composante essentielle de la pratique artistique de Leomi Sadler. L’artiste a pris l’habitude de dessiner, de collecter des images, des pensées, et des débris, et de classer des centaines de petits éléments jusqu’à ce que le moment soit venu de les réunir .
Longtemps son travail a été composé de collages à partir de matériaux trouvés. Dans cette série, l’artiste utilise ses propres dessins de la même manière qu’elle utilisait ces bouts de trésors, et une de ses missions a été de trouver enfin une place pour tous ses minuscules fragments de dessins. 
Sadler s’est détachée de l’approche narrative de la création et a laissé les collages se former d’eux-mêmes en liant des choses simples : la couleur, la forme, la tension. Obsédée par l’idée de remplir tout l’espace, absorbée pendant des jours, l’artiste a travaillé sur ces œuvres jusqu’à ce que ses yeux ne puissent plus se reposer au même endroit.

Pour cette série, j’ai essayé de me laisser guider par le processus sans tenir compte de mes préoccupations idéologiques habituelles, j’ai compris combien il était utile de trouver de petits moments pour faire des dessins improvisés sur des bouts de papier, sans se soucier de leur finalité, sans possibilité de compromis, juste des élans d’exploration.

De nombreux dessins ont été utilisés pour un livre intitulé « Terminal Discount », publié par Neoglyphic Media. Cet ouvrage pointe l’omniprésence du shopping dans cette série ; les images sont disposées sur des étagères, empilées, cataloguées et exposées. Des étiquettes sont affichées et des publicités accrochées, tel un centre de distribution d’images.

La « Pile de la Honte » est une expression utilisée dans de nombreuses communautés de gamers et de passionnés. Pour Sadler, la formule fait référence à l’habitude d’acheter et de collectionner des maquettes en plastique ou des jeux vidéo dans l’intention de s’en servir un jour. Souvent, la collection s’agrandit jusqu’à devenir honteuse et ingérable. Il y a un conflit entre le désir, l’intention et la motivation, et bien qu’il soit imbibé de gloutonnerie consumériste, il y a un certain degré d’optimisme et d’espoir.

J’admire et je chéris vraiment l’énergie créative qui se déploie dans les passe-temps. C’est quelque chose qui défie la logique et l’objectif, il y a une pureté que j‘aimerais retrouver dans plus de recherches artistiques.